Le paysage comme musée

 

2016

Mémoire de recherche, Lydia Clerville

Diplôme Supérieur d’Arts Appliqués

In Situ Lab, Strasbourg


Patrimoine ?

Mais que peut bien signifier ce mot dans l’esprit de nos concitoyens ?

Il est facile de relier ce terme à l’histoire avec un grand H, histoire qu’on consulte, apprend, visite, avec une certaine distance que l’on s’impose inconsciemment dans notre façon de la considérer. Mon expérience au château du Freudeneck à Wangenbourg (67) explore l’expérience humaine d’un espace, forme d’expertise de terrain que les habitants développent au fil des générations, tous ces éléments capitalisés par la forme, les modes d’assemblage, les ornements, etc. L’étude nous sensibilise à « l’usage des jours », où les constructions de l’homme témoignent également de leurs histoires par la patine, l’usure, l’érosion qui cristallisent le temps d’un regard une action continuelle d’évolution de formes, de couleurs, au fil des agressions climatiques. Cet harmonieux mélange du passage de l’homme et de la nature sur la matière édifiée devient une partie essentielle du patrimoine.

Cette recherche met l’accent sur la posture du consultant, de l’apprenant, du visiteur devenant acteurs de l’expérience qu’il cherche à vivre. On veut ainsi penser notre évolution comme un continuum auquel nous sommes connectés en relativisant sur l’épaisseur des cloisons qui nous éloignent de notre histoire.

 

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close